EXPANSEUR PALATIN CHEZ UN ENFANT DYSPRAXIQUE

Le 10 février 2012
Bonjour,

Je suis un peu embêtée concernant un de mes clients. Il s’agit d’un jeune de 9 ans présentant une dyspraxie verbale. Son orthodontiste recommande un expanseur palatin. Il est vrai que son palais est plutôt étroit (même avec légère asymétrie d’un côté) et il présente une occlusion « cross-bite » à droite. Les incisives inférieurs et supérieures présentent un chevauchement qui m’apparaît léger. L’impact de l’expanseur sur la parole inquiète la mère et je me questionne également. Elle a demandé à son orthodontiste de retarder l’intervention. Celui-ci lui recommande de ne pas trop attendre.

Dans le contexte où l’intelligibilité du jeune est moyenne pour une personne familière et moyenne à faible pour une personne non familière et que les acquis se sont fait avec beaucoup d’efforts et de temps, serait-il préférable de retarder ou au contraire d’agir plus tôt concernant l’expanseur palatin? Y a-t-il possibilité d’expanseur palatin dont le port ne serait que de nuit?. Selon votre expérience, quelle a été l’ampleur de l’impact sur la parole de vos clients dyspraxiques qui auraient eu ce genre d’intervention? Avez-vous eu des cas où il aurait été préférable d’aller jusqu’à éviter l’intervention orthodontique? C’est beaucoup de questions… je sais!

Cela représenterait un grand défi pour ce jeune d’arriver adapter son articulation à la présence de l’expanseur, puis de nouveau à l’absence de celui-ci ensuite. Auriez-vous quelques pistes à me donner?

Je vous remercie d’avance,

Anne D., orthophoniste

Une réflexion au sujet de « EXPANSEUR PALATIN CHEZ UN ENFANT DYSPRAXIQUE »

  1. Salut Anne-Marie! Ton questionnement est trrrès pertinent et pas facile à répondre. L’expanseur doit être porté 8 mois environ et tout le temps! Même pour un enfant sans dyspraxie la parole est légèrement affectée . Certains expanseurs provoquent en plus une occlusion ouverte. C’est certain que le traitement en orthophonie devra être ajusté mais l’adaptabilité aux appareils est quand même grande. Donc après un certain temps, l’enfant réussit à compenser. Si la correction orthodontique est nécessaire il faudrait peut-être choisir un BON timing (ex. : en dehors des périodes de thérapie …l’Été?)
    Alors voilà … la question à se poser est finalement …est-ce un besoin nécessaire? si oui choisir une bonne période. Et ne pas trop s’en faire les premières semaines du port …. Intuitivement, je ne crois pas que l’impact sera si majeur après la période d’adaptation …mais il y aura un effet.Il faudra nécessairement « ajuster » l’intervention.
    Merci de la question…
    line 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *