PRONOSTIC

Question de Madame Couture

Bonjour,

De manière générale, est-il possible qu’un enfant de 4 ans, en rééducation pour une dyspraxie verbale, visiblement peu atteint par toute autre déficit , handicap ou désordre, ne présente absolument aucune amélioration au cours de 14 semaines de traitement en orthophonie ? Aussi, à partir de quel âge, environ, un tel diagnostique peut-il être confirmé et par quel professionnel ?

Merci à l’avance,

madame Couture
Professeur de Techniques d’éducation à l’enfance

 


Réponse de Line Charron

Bonjour madame Couture…

Il manque beaucoup d’information pour pouvoir répondre clairement à votre question mais je pourrais peut-être vous donner quelques facteurs qui influencent le pronostic:

1- Tout d’abord évidemment le degré de sévérité de l’atteinte=> plus l’atteinte est sévère plus les progrès peuvent être lents. Avec l’enfant qui présente une DV (dyspraxie verbale) importante, il faut parfois mesurer le progrès à petit échelle. Voici un Exemple de progression inspiré du ‘réel’ pour illustrer mon propos: Gabriel (nom fictif) réussit le son /v/ en isolé (seul) avec l’aide de plusieurs indices=> il réussit le /v/ avec la voyelle /i/ dans /vi/ AVEC l’aide d’indices => /v/ avec plusieurs voyelles différentes AVEC aide d’indices => /v/ dans les mots suivants …… AVEC indices => /v/ dans les mots suivants SANS indices => /v/ dans un énoncés à 2 mots avec aide d’indices puis sans indices puis en situation de langage spontané etc…. alors il faut parfois beaucoup de temps avant que les progrès réalisés en orthophonie se traduisent clairement en langage « courant ». MAIS on y arrive la plupart du temps…. et une fois les premiers apprentissages amorcés, le reste progresse un peu plus rapidement.

Voici d’autres éléments importants qui peuvent influencer le rythme des apprentissages:

2- la collaboration, l’attention et la motivation de l’enfant
3- ses habiletés cognitives
4- les autres atteintes langagières associées
5- l’intensité du suivi en orthophonie + les techniques utilisées (usage des principes d’apprentissage moteur mixés aux considérations linguistiques)
6- Le suivi à la maison et dans le milieu de garde
7- Une fois les premiers schèmes d’apprentissages moteurs débutés, les sons suivants s’acquièrent plus facilement et plus rapidement.
8- la maturation neurologique influence aussi les apprentissages.

J’espère que ces éléments vous apportent un éclaircissement et je vous encourage évidemment à adresser aussi la question à l’orthophoniste traitante qui pourra répondre en fonction de l’enfant à qui elle offre un suivi.

Merci de votre intérêt,
Line Charron

Les commentaires sont fermés.