MÉTHODES D’INTERVENTION ET EFFICACITÉ

Question de Mélanie, étudiante à la maitrise

Je me permet de recopier une question provenant du FORUM orthophonie-Québec le 24 mars 2011:

Bonjour, je suis étudiante à la maitrise en orthophonie et je travaille actuellement sur un séminaire sur la dyspraxie verbale et j’aimerais avoir votre avis sur l’approche/technique qui est utilisée dans vos milieux pour traiter ce trouble. Ce qui semble être utilisé:
– La stimulation intégrale
– la dynamique naturelle de la parole
– Le prompt
– l’approche exposé dans les formations de Line Charron
– Beckman?
– Adpated cued technique?

Avez-vous un point de vue critique? Qu’est-ce qui fonctionne à votre avis?
Merci beaucoup pour vos réponses!!


Réponse de Line Charron

Bonjour ….
Je trouve ta question vraiment intéressante et si tu me permets je vais tenter de clarifier un peu plus en détail comment je vois les choses…
Dans l’intervention en dyspraxie verbale (DV), il a d’abord été reconnu (voir lignes directrices de l’ASHA 2007, <a href= »http://www.asha.org/docs/html/TR2007-00278.html) » qu’il était essentiel de connaitre et d’appliquer les principes d’apprentissage moteur dans le traitement en DV. Ce sont ces principes qui doivent diriger l’intervention pour agir sur les troubles de la planification motrice… sans oublier cependant de traiter les aspects phonos si atteints, J’y reviendrai plus bas…

La stimulation intégrale ou le DTTC (Dynamic temporal and tactil cueing, c est le nouveau nom) de STRAND est une méthode d’intervention qui intègre ces principes à la rééducation en orthophonie. Il y a d’ailleurs au moins une étude d’efficacité de cette méthode (Strand, E., & Debertine, P. (2000). The efficacy of integral stimulation intervention with developmental apraxia of speech. Journal of Medical Speech-Language Pathology, 8, 295–300), qui est reconnue de façon très unanime. Dans mes formations ce que je présente est une adaptation de cette méthode auquel j’ai inclus d’autres principes pour guider l’intervention : l’approche hiérarchique de Shelley Velleman, l’usage des principes d’optimisation des apprentissages moteurs, différentes façons/techniques pour fournir des indices.

L’approche hiérarchique de Velleman pour sa part permet de préciser le choix des cibles phonétiques, syllabiques et phonotactiques (selon le contexte articulatoire) à travailler et explique comment le faire. Elle ajoute ou allie, l’aspect linguistique à l’aspect moteur et est très aidante dans la façon de choisir nos cibles (mots).

Les principes d’optimisation que j’ajoute dans mes formations font en fait, parti de la stimulation intégrale, mais j’ai tenté de les rendre plus explicite, car ils n’étaient pas définis de façon assez claire pour moi dans cette méthode. Ces principes d’optimisation font en fait partie des principes d’apprentissage moteur (Schmidt : pratiques répétitives, la variabilité dans les pratiques, la fréquence, l’ajustement du niveau de la tâche, les types de feedbacks à offrir, l’ajustement du niveau de la tâche)

Les indices pour leur part permettent de mieux encoder et préciser (fournir plus d’infos) les mouvements ou les séquences de mouvements travaillés. Pour cela il existe une foule d’outils (DNP-Gestes de Borel Maisonny, gestes style Prompt etc) et aussi notre propre créativité ;-) ))

Avec Andréa MacLoed PhD ULaval, nous avons abordé les choses un peu autrement dans l’article de Glossa 2010, en décrivant TROIS ASPECTS CLÉS dans l’intervention : les indices, l’organisation des pratiques et le choix des cibles. Les principes d’intervention cités plus haut s’intègrent dans ces aspects. http://www.glossa.fr/. ((J’en profite pour souligner qu’Andréa fera une présentation à l’école d’été de l’université Laval, le 13 juin pm sur ses résultats d’étude sur l’acquisition des consonnes en français québécois et sur le diagnostic différentiel trouble phono vs dyspraxie. (Il y a d’autres bonnes conférences aussi…voirhttp://w3.fmed.ulaval.ca/readaptation/index.php?id=1015))

Pour terminer je voudrais juste ne pas oublier de dire que dyspraxie et atteinte phono sont souvent présent ‘ensemble’ à des degrés différents car ces deux aspects sont totalement interdépendants… à ne pas oublier dans l’intervention ;-)
Bonne journée!
Line

Les commentaires sont fermés.