CO-EXISTENCE TROUBLE DU LANGAGE ET DYSPRAXIE

Question de A-J

Bonjour,

Félicitations pour ce site!! Très intéressant et qui promet plus encore!

J’aurais une question concernant une enfant de 7ans qui a un diagnostic de dyspraxie verbale sévère et qui me semble aussi présenter un trouble langagier se caractérisant sur le plan réceptif par une lenteur de traitement de l’information, des difficultés de compréhension des concepts de temps, d’espace et de tous les concepts abstraits (tout doit être présenté visuellement). Sur le plan expressif: en plus des diffiucltés de programmation des sons, phrases incomplètes et difficultés marquées sur le plan de la structure du récit. Est-ce que l’on peut parler de dysphasie et de dyspraxie? ou les difficultés de langage sont liées à la dyspraxie? Merci de me donner vos impressions…
Salutations
A-J M, orthophoniste

Réponse de Line Charron

Bonjour A-J

J’ai pensé publier ta question car très pertinente et je me suis dit que ça pouvais en intéresser d’autres. Oui les diagnostics de dyspraxie verbale et de trouble du langage peuvent co-exister. La dyspraxie verbale peut aussi se retrouver de façon plus isolée de même que le trouble du langage. Il arrive souvent que l’on observe une prédominance de l’un ou de l’autre dans le portrait communicatif de l’enfant c’est-à-dire soit du trouble moteur de la parole (dyspraxie verbale) ou au contraire du trouble du langage. L’important c’est de bien identifier ce qui touché sans tout attribuer à l’une ou l’autre des atteintes. Ceci est notre point de vue à Andréa et moi. Plusieurs auteurs dont Edythe Strand et Amy Meredith vont dans le même sens. Quelques auteurs comme Velleman ont tendance spécifiquement pour le CAS (Childhood Apraxia of Speech- dyspraxie verbale) à voir cela comme un « syndrome » qui affecte différents aspects de la parole et du langage. Dans l’article de Glossa (section parole en développement => dyspraxie), tu pourras peut-être trouver plus d’informations.
Voici le contenu de 2 diapos de ma formation sur ce sujet:

CONCLUSION ORTHOPHONIQUE:
Amy Meredith ajoute:
UN ENFANT EST RAREMENT JUSTE DYSPRAXIQUE
Ne laissez pas le DX de dyspraxie être le seul quand il y a plus!
Ne pas présumer, parce que l’enfant est DYSPRAXIQUE, que tous les autres symptômes sont liés au Diagnostic de dyspraxie (ex. : pauvre conscience phonologique, difficulté lecture, écriture, comportements TEDD etc.)
Soyez clair avec les parents en ce qui concerne TOUS les facteurs contribuant aux déficits langagiers de l’enfant

CONCOMITANCE TROUBLE DU LANGAGE/ DYSPRAXIE:
La dyspraxie verbale peut se retrouver de façon plus isolée ou se retrouver dans des tableaux plus complexes.
La dyspraxie verbale ne fait pas partie des troubles primaires du langage mais peut s’y ajouter
Dans la description des atteintes, il est important de souligner la présence d’une dyspraxie verbale ainsi que son effet sur l’acquisition du langage

J’espère répondre à ta question,
Bye!
line Charron

Les commentaires sont fermés.